Postface

.

Le temps a passé.

.

Je suis revenue.
Doucement.
En m’arrêtant un peu en Grèce, un peu en Italie, et un peu plus dans le sud de la France (deux semaines à Nîmes en housesitting, en compagnie d’un chouette chat).
Vous avez pu avoir quelques nouvelles via Facebook et Instagram.

Mais depuis juillet, plus rien.

Non pas que ce fut le calme plat mais, comment dire ?…. Le voyage était fini, mais pas achevé.

J’ai été SDF pendant plusieurs mois, hébergée par une amie puis par ma famille, eu des pistes pour un futur projet, beaucoup de flou et instabilité, de longueurs et lourdeurs administratives, beaucoup de choses mais rien à raconter. Que de l’éphémère pas sûr, rien de consistant.

Coquelicots grecs

 

Touristes à Naples

 

Rue de Naples. J’ai adoré Naples. Il y a des cas comme ça, où les clichés qu’on a d’un endroit, et bien ils sont vrais. Ca m’a fait le coup aux Etats Unis aussi. A Naples, on se sent comme dans une Comedia del arte grandeur nature.

 

 

Cliché d’un cliché

 

Quand Vesuvio n’est pas le nom d’une pizza sur un menu

 

 

Maintenant je suis sédentaire, avec un vrai chez moi, depuis deux semaines.
J’ai pu avoir un chouette petit appartement au Conquet, là où j’ai passé l’été. J’aime beaucoup cette petite ville portuaire, je m’y sens bien.
Et donc, un nouveau projet.
Je n’aurais pas pensé remonter à cheval aussi vite, mais les évènements et opportunités m’y poussent.
Et ça se concrétise presque, puisque cette semaine j’ai enfin rencontré une banque et, elle me suit. Donc ça va se faire. Comme quoi, sans capital, avec juste un RSA, on peut parfois monter des projets.

Dans deux semaines je signe un compromis pour acheter 800 m2 de serres verre, pour créer une petite entreprise horticole : faire des plants bio de légumes et d’aromatiques, pour les jardiniers et les maraîchers professionnels.
Ca va s’appeler Hadenn (graine, en breton).
Je vais en donner plus de nouvelles bientôt, car je vais lancer un financement participatif pour m’aider à financer l’achat de matériel.
Ceci dit, les nouvelles ne seront pas ici, mais un peu sur la page Facebook et le compte Instagram.
Et sur le compte Instagram de Hadenn (pas de page FB cette fois ; FB me dégoûte un peu) : Hadenn_plants_bio
Puis sur le site internet que j’ai commencé à préparer : www.hadenn.fr

A terme vous y trouverez plein d’infos sur l’activité et le jardinage bio en général.

Méditerranée…

Sinon, pendant ces derniers mois, j’en ai écris des lignes dans ma tête.
Je vous en ai raconté des états d’âmes, des joies et des peines.
Des paysages et des oiseaux, des mûres et des champignons. Des scènes urbaines et des films au cinéma (un autre truc qui m’a manqué, en voyage).
Mes cycles de haut et bas continuent, mais maintenant je les accueille. Je les connais et ils ne me font plus peur. Je dirais même plus : j’en ai besoin. Surtout les bas ; je plonge dedans, et quand je remonte deux jours plus tard je suis toute neuve, paisible et prête à aller plus loin. Les hauts me font plus peur, j’ai la trouille de me foutre en l’air en dépassant mes limites physiques et psychologiques. Ou de casser la baraque des autres, de me la péter et de blesser sans m’en rendre compte. Disons que j’en profite pour agir, passer les coups de fils, faire les démarches, écrire, surfer sur la vague en cours.

Mais je ne suis pas bipolaire, rien à voir. J’ai juste des hauts et des bas, bien marqués.

Florence, la classe, la cultivée, l’artistique, la littéraire, la chic…

 

Cliché d’un cliché (bis)

 

Librairie de l’Alliance française à Florence. Un shoot de bonheur : que des livres en français! Waouh, géniaaaaaallllll!

 


Que bello

 

Mon retour a été très, très agréable.
J’en avais peur, mais ça s’est vraiment très bien passé. Je n’aurais pas pu imaginer ça. Et j’adore quand la vie me fait des surprises de ce genre.
Je vous mets deux paragraphes que j’avais écris, en essayant de rédiger cet article qui ne voulait pas venir :

Le voyage est fini. Il s’est achevé en douceur, comme un bon atterrissage. En touchant le sol une fois, rebond, re-contact du sol, rebond plus court, caresse du sol, léger rebond, et c’est bon, ça roule. Vers je ne sais quoi, mais en terre connue et neuve à la fois. Nouveau souffle, nouveaux regards. La neige est tombée sur mes pistes tant fréquentées ; on ne voit plus les traces, libre à moi d’en créer de nouvelles.

(…)

Je rentre de Messouflin* et la vague d’émotions monte. Ou du moins je la lâche, je la repère et ne la cache pas. Elle monte. Les larmes viennent. Me submergent. Et pourquoi ?
Parce que c’est d’un bonheur infini. Infini et plus grand que moi. Et de la gratitude infinie pour ça.
Quoi ça ?
Les gens. Les amis. Les connaissances. Toutes ces relations qui me reconnaissent, me sourient et m’accueillent.
Les amis, la richesse de ces humains que je connais, que je retrouve. Le bonheur des liens, du sens profond de l’amitié, des rires, des partages en tout genre.
Plus de deux ans d’abstinence, pour revenir en en percevant l’essence, l’extrait pur, non dilué par mes anciens soucis ni aucun emploi du temps draconien, ni aucun enjeu sociologique. Juste là. Intact. Voire renforcé par l’éloignement.
Merci.

(* Ferme de Ploumoguer, appartenant à la municipalité, où il y a de nombreuses festivités au cours de l’année. Mais également où des amis ont installé leur activité pendant mon absence : qui une brasserie artisanale bio, qui son atelier de poterie, qui sa vente de pizza, qui sa vente de légumes bio, qui ses créations artistiques, etc. Ce soir là il y avait un petit concert, j’y ai revu plein de monde, et l’accueil m’a fait chaud au cœur.)

 

Maison niçoise. Arriver en France m’a fait très bizarre. C’était émouvant. Ca faisait plus de deux ans que je fréquentais peu la langue. Arrivée dans un endroit ou tu comprends tout ce qui se dit, partout, ça fait bizarre! Et là on se dit que c’est pas mal parfois, de ne pas tout comprendre, parce que dans la rue on en entend des trucs!

 

Arles

 

La Camargue

 

Il y a deux semaines, j’ai récupéré les quelques malles que j’avais stocké dans le hangar d’un couple d’amis. Quel bonheur de les retrouver ceux-là aussi.
J’ai tout vidé dans mon nouveau nid, retrouvé des objets oubliés.
Et les photos d’un passé que j’aime à présent. De ma famille instable et mouvante. De ces amis, de notre folle jeunesse et notre indélébile complicité.
J’ai aussi vidé mon sac à dos, complètement. Retrouvant des souvenirs et des petits cadeaux d’un peu partout. Quelle chance, quelle chaleur dedans ces petits trésors qui ne valent rien, et sont pourtant d’une richesse immense (ça me fait penser à ces stupides indicateurs de pauvreté). Je les ai posé au bord de la fenêtre, d’où je regarde la mer, les îles (Beniguet et Quémenes, qui font partie de l’Archipel de Molène), les Pierres noires et leur phare rouge qui clignote la nuit.
J’ai pris ce sac vide et l’ai rangé sur une étagère, dans le grand placard du couloir.
Mon sac à dos compagnon, vide, posé tout seul, là.
Ca m’a fait bizarre.
Comme un truc pas normal.
Et spontanément je lui ai dit « on repartira ».
Et j’y crois.
Ouais.

Je suis heureuse d’être revenue, de reprendre racine, de trouver ma place et le vent en poupe de ma créativité. Mais en pensant à tous ces lieux, toutes ces ambiances, toutes ces odeurs, toutes ces personnes croisées. Tous ces amis d’un peu partout avec qui je suis toujours en contact, que je suis sur Instagram, avec qui j’échange de temps en temps sur Whatsapp. Ca me semble impossible de ne pas les revoir un jour. Du moins certains d’entre eux.
Sans parler de ces régions que je voudrais découvrir.

Ca me fait penser à un couple que j’avais rencontré à Yangon, au Myanmar (ancienne Birmanie). Je vous conseille au moins leur compte Instagram : de.voyage.et.deau.fraiche
J’aime beaucoup leur façon de voyager, en réelle rencontre des lieux et des gens. Un vrai esprit de voyage qui, en fait, se fait de plus en plus rare. Et leurs visites de pays que je n’ai pas pu parcourir me donnent vraiment envie de repartir par là, un jour.
Repartie par là, ça peut le faire, non?

Qui sait ce que l’avenir sera ?
Pas moi.

Hahaha!

Toits de Nîmes.
Quel bien-être les deux semaines passées dans un joli appartement au centre de Nîmes. Avec Zizique, le chat. Repos, trois jours de jeûne, lecture, dodo. J’ai tout débranché. Mise à plat. Ensuite j’ai pu repartir pour arriver.

Revenue le 19 juin à Brest, c’est le 9 novembre que mon itinérance s’est vraiment arrêtée et que j’ai posé définitivement mon sac. Jusqu’à la prochaine fois peut-être.
Mais maintenant j’ai une adresse, je paie un loyer, une facture d’électricité (Enercoop, pub!). Je suis inscrite à Pôle Emploi, j’ai un RSA. Je repars à zéro. J’ai glané un lit, une table, des chaises, des draps, des couverts. J’ai une carte de bus tarif réduit. Des allocations logement.
Plus un rond.
Mais je rebondis.
La France va mal, mais ce pays me permet encore d’avoir un peu d’argent pour survivre jusqu’à ma nouvelle autonomie. Merci pour ça.
Ce n’est pas toujours facile, j’ai souvent peur, mais c’est ça la vie.
Je me sens vivante.
Riche dedans.
J’ai fait un tour du monde, finalement. Et il me suffit de fermer les yeux pour repartir. Voir Ziggy en Malaisie, Hermina en Argentine, Sasha à la Nouvelle Orléans, Birgitta au nord de la Norvège, Prem en Inde. Etc.
Et tous ces paysages, ambiances…
Re-naviguez dans ce blog, via le A la carte dans le menu. Et vous re-voyagerez avec moi..

Ceci dit, les paysages du far west breton m’en mettent aussi plein la gueule.

Maison typiquement bretonne

Plage des Blancs Sablons, spot de surf

 

Marée basse dans le haut du port

 

Un courlis corlieu se balade

 

Globalement,
je vous le dis,
je suis heureuse.

Merci de m’avoir lu pendant tous ces mois, ces périples, divagations, cette vie nomade, de vagabondances terriennes.
J’aime bien ces mots inventés. Vague abondance, Vagabond danse. Terrienne.

Partie par là, par-ci par-là.
C’est fini.
Je tourne la page.
Une autre s’ouvre.

 

Contre vents et marées

10 thoughts on “Postface

  1. Margot Dubois Lafaye

    C’est beau comme tout cet article ! C’est doux aussi. Ça fait plaisir de lire des nouvelles d’un bel atterrissage et de savoir que tu reprends le large, cette fois chez toi (monter une entreprise ça s’apparente pas mal a un voyage non ? Emménager aussi d’ailleurs).
    On t’embrasse fort du Québec où on vit désormais.

    • Maryvonne

      Merci Margot 🙂
      Vous êtes au Québec à présent?! Ca fait encore plus loin pour vous voir, mais ça fait encore plus de raison d’y aller. Un jour.
      Bises à tous les deux, et bon vent à vos projets aussi <3

  2. martine LE GALL

    Comme d’hab Maryvonne , ton article est émouvant de franchise et de sensibilité .
    Hadenn est en germe et je sais que tu en feras encore une fois quelque chose de formidable !
    Ken dizale
    pokoù

  3. Céline

    Hé hé, te voici enfin revenu en Bretagne…. très émouvant ce retour ( de voyage, et au pays). Tu écris vraiment bien! Dans tous les cas, ce périple a été bénéfique et très riche ; ce qui te permet maintenant de rebondir sur un nouveau projet. Chouette ! Je suis contente pour toi, encore un projet sympa, j’ai hâte de passer te voir quand tu seras installée. Ce qui est drôle, c’est que je suis redevenue prof, ou plutôt formatrice dans un CFA horticulture et aménagement paysager… si tu as besoin d’apprentis, je peux te gérer ça….ou te faire de la pub, du moins ; le monde est petit 😉, n’est-ce pas ! Bises et plein de bonnes vibes…et passe quand tu veux.

    • Maryvonne

      Merci Céline! 🙂
      Ben écoute, j’ai toujours aimé avoir des stagiaires motivés, alors ce serait avec plaisir! Faut que je me cale moi-même avant, mais pour la rentrée 2020 je veux bien poser les options 😀
      J’espère que ça te plait aussi ; au plaisir de te revoir un de ces 4

  4. Zabeth

    Merci Maryvonne pour cet article. C’est toujours un plaisir de te lire ! En plus, plein de bonnes nouvelles et de nouveaux projets ! Bon vent pour tout cela ! En espérant se revoir bientôt. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.